Le Rouge et le Noir

Dans une petite ville du Jura, vers 1830, Julien Sorel, fils d’un artisan scieur, a du goût pour les études et de l’ambition. L’abbé Chélan, qui s’est chargé de son éducation, le fait entrer comme précepteur dans la maison du maire M. de Reynal. Après une idylle adultère avec Mme de Reynal, Julien doit quitter la ville. Il fait un bref séjour au séminaire puis devient le secrétaire particulier du Marquis de La Mole. Beau, intelligent, cultivé et fin, mais roturier, Julien a du mal à s’imposer dans ce monde aristocratique. Il séduit cependant Mathilde, la fille du Marquis, et il aurait pu l’épouser mais … A travers l’aventure de ce jeune ambitieux Stendhal dénonce le retour à une société figée, avec la Restauration. C’est aussi un roman d’une grande finesse psychologique.

Les premiers mots :

« La petite ville de Verrières peut passer pour l’une des plus jolies de la Franche-Comté. Ses maisons blanches avec leurs toits pointus de tuiles rouges, s’étendent sur la pente d’une colline, dont des touffes de vigoureux châtaigniers marquent les moindres sinuosités. »

La Chartreuse de Parme

Le marquis milanais Fabrice del Dongo a 17 ans en 1815, au moment où Napoléon tente de reprendre le pouvoir. Il quitte clandestinement l’Italie pour rejoindre l’armée impériale, et arrive à Waterloo le jour de la bataille. De retour à Milan, il est rejeté par sa famille. Traqué par les légitimistes, il se réfugie à Parme où il bénéficie de l’appui de sa tante, la belle Gina, femme influente. Il y fait une carrière ecclésiastique … agitée ! Dans ce roman Stendhal brosse une grande fresque de l’Italie du nord de la 1ère moitié du XIXème siècle, où intrigues politiques et amoureuses se croisent et se mêlent.