Les Misérables

Edition complète des 5 tomes des misérables ! Ce roman, un des plus populaires de la littérature française, a donné lieu à de nombreuses adaptations au cinéma. Victor Hugo y décrit la vie de misérables dans Paris et la France provinciale du xixe siècle et s’attache plus particulièrement aux pas du bagnard Jean Valjean qui n’est pas sans rappeler le condamné à mort du Dernier Jour d’un condamné ou Claude Gueux. C’est un roman historique, social et philosophique dans lequel on retrouve les idéaux du romantisme et ceux de Victor Hugo concernant la nature humaine. L’auteur lui-même accorde une grande importance à ce roman et écrit en mars 1862, à son éditeur Lacroix : « Ma conviction est que ce livre sera un des principaux sommets, sinon le principal, de mon œuvre ». Jean Valjean, un ancien forçat condamné en 1796, trouve asile, après avoir été libéré du bagne et avoir longtemps erré, chez Mgr Myriel, évêque de Digne. Il se laisse tenter par les couverts d’argent du prélat et déguerpit à l’aube. Des gendarmes le capturent, mais l’évêque témoigne en sa faveur et le sauve. Bouleversé, Jean Valjean cède à une dernière tentation en détroussant un petit Savoyard puis devient honnête homme. En 1817 à Paris, Fantine a été séduite par un étudiant puis abandonnée avec sa petite Cosette, qu’elle a confiée à un couple de sordides aubergistes de Montfermeil, les Thénardier. Elle est contrainte de se prostituer…

Le Dernier Jour d’un condamné

Eveillé au milieu de la nuit, un condamné à mort éprouve le besoin d’écrire ses pensées. C’est un homme ordinaire dont on ne connait pas le crime. Il exprime son angoisse, ses espoirs, ses souvenirs du procès et d’événements vécus en prison. Il ne sait pas encore qu’il vit ses dernières heures. Il l’apprend au petit jour. Il note alors, avec les sentiments qu’ils provoquent chez lui, tous les petits événements de son transfert, de son attente de l’heure fatale. Ce pathétique plaidoyer contre la peine de mort est précédé d’une préface en forme de scène de théâtre : dans un salon un groupe de personnages ridicules parlent de la peine de mort et de poésie… avant de passer à table.

Hernani

Dona Sol, fille orpheline d’un Grand d’Espagne, aime Hernani, un hors la loi dont la bande nargue le pouvoir royal. Leurs rendez-vous sont secrets : elle est fiancée à son tuteur, Don Ruy Gomez, qui s’apprête à l’épouser. Elle a aussi un troisième prétendant : le roi Don Carlos. Celle situation pourrait être celle d’une comédie (les premières scènes sont d’ailleurs comiques) ; mais les personnages sont ceux d’une tragédie : loin d’être ridicule, chacun des trois rivaux montre une véritable noblesse d’âme et a le pouvoir de nuire aux deux autres.